Les solutions d’investissement dont le sous-jacent est immobilier présentent des risques. Il s’agit d’un investissement de long terme pour lequel la liquidité peut être limitée et dont le capital et les revenus ne sont pas garantis. Prenez connaissance des risques en cliquant ici.

Qu’est-ce que la lutte anti-blanchiment ?

L’AMF, l’Autorité des Marchés Financiers, lutte chaque année contre le blanchiment de capitaux mais aussi contre le financement du terrorisme. Depuis février 2020, la 5ème directive prévoit par ailleurs une série de mesures afin de mener cette lutte dans les meilleures conditions. Au quotidien donc, tous les établissements financiers mais aussi les professionnels de l’immobilier, font preuve d’une grande vigilance en matière de lutte contre le blanchiment. Voici quelques éléments importants à ce sujet.

Qu’est-ce que la lutte contre le blanchiment de capitaux ?

Au quotidien, le blanchiment de capitaux se fait de différentes façons : c’est un délit qui est sévèrement punit sur le plan pénal. Cette activité interdite consiste à faire devenir légitimes des capitaux qui proviennent d’activités illégales, telles que le trafic d’armes, la corruption, le trafic de drogues, l’emploi clandestin, le proxénétisme, toutes les activités criminelles en somme.

En parallèle, le financement du terrorisme consiste à trouver l’argent nécessaire au déroulement des activités liées au terrorisme.

Ces deux activités totalement illicites sont malheureusement très présentes dans le monde entier et pour lutter contre elles, la règlementation européenne ajuste régulièrement son cadre de contrôle et met en place, fréquemment, de nouvelles obligations de vigilance.

En France, le secteur financier est très surveillé. Par exemple, une banque est fréquemment amenée à poser des questions à ses clients, à mettre à jour les données de ces derniers ainsi qu’à connaître l’identité et les intentions de chaque client à l’ouverture d’un compte, à chercher à comprendre la provenance des revenus et du patrimoine.

Il ne s’agit aucunement d’intrusion mais du respect du cadre de surveillance, qui impose de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour détecter le financement du terrorisme ou le blanchiment d’argent.

Pour assurer une surveillance optimale, trois structures compétentes œuvrent chaque jour : la cellule du TRACFIN, l’AMF et l’ACPR.

Pour opérer une surveillance complète, ces structures veillent à suivre les recommandations du Groupe d’Action Financière, le GAFI, qui sont inscrites dans le Code Monétaire et Financier, le CMF. Comme vous pouvez le constater, la lutte contre le blanchiment de capitaux est prise très au sérieux et suit une série de règles très strictes.

Comment la lutte contre le blanchiment de capitaux s’opère-t-elle ?

La lutte contre le blanchiment de capitaux concerne l’ensemble du secteur financier. Entreprises, sociétés de gestion, banques, toutes sont aujourd’hui dans l’obligation de respecter un cadre règlementaire et de déployer des moyens efficaces dans cette lutte complexe. Cela peut toucher également les marketplaces, les plateformes destinées au crowdfunding, qui n’est autre que le système de financement participatif.

Au niveau national, toutes les structures financières sont rigoureusement contrôlées et répertoriées dans l’article L561-2 du Code Monétaire et Financier : cela concerne tous les professionnels qui exercent les activités mentionnées aux 1°, 2°, 4°, 5°, 8° et 9° de l’article 1er de la loi n°70-9 du 2 janvier 1970, plus connue sous le nom de loi « Hoguet ».

Ainsi, l’AMF contrôle :

  • Les sociétés de gestion de portefeuille ( les SGP )
  • Les conseillers en investissements financiers ( CIF )
  • Les conseillers en investissements participatifs ( CIP )
  • Les dépositaires centraux d’instruments financiers
  • Les gestionnaires de systèmes de règlement et de livraison d’instruments financiers

De la même manière, le secteur bancaire est contrôlé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, l’ACPR. Cette organisation opère un contrôle sans faille sur :

  • Les sociétés de crédits et d’investissements comme les banques
  • Les sociétés du domaine de l’assurance telles que les mutuelles, les courtiers, les intermédiaires d’assurance les organismes de prévoyance

Dans le code monétaire, la 4ème directive était élaborée autour de 40 recommandations formulées pour lutter contre le blanchiment de capitaux, dont 5 objectifs précis : l’identification et la vérification de l’identité des clients, l’évaluation des risques, le gel des avoirs, une vigilance accrue durant la totalité de la relation d’affaires, et une obligation de déclaration à TRACFIN, l’organisation de Traitement du Renseignement et Action Contre les circuits Financiers clandestins, qui est une cellule de renseignements financiers créée en 1990.

La 5ème directive quant à elle, en vigueur depuis 2018, est destinée à offrir plus de transparence en permettant un accès aux registres des bénéficiaires par les personnes morales et les entités juridiques, mais aussi en élaborant des règles strictes en cas de relations d’affaires à distance. Enfin, cette 5ème directive impose l’application des règles de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, aussi appelé LCB-FT, notamment en ce qui concerne les actifs numériques.

Pour les marketplaces également, la surveillance est très stricte. Ces dernières sont tenues de surveiller les opérations régulièrement, d’avoir recours à des procédures internes en cas de doute et de pouvoir identifier les risques. Il s’agit de répondre à des obligations provenant de l’ACPR qui consistent à pouvoir vérifier en toutes circonstances l’identité d’un client, qu’il s’agisse d’une personne morale ou physique.

Pour renforcer cette surveillance, l’ACPR a mis en place des règles d’identification appelées KYC, pour Know Your Customer, et KYB, pour Know Your Business. Il s’agit de collecter des documents pour vérifier l’identité et les intentions des usagers. Ce procédé s’applique également aux plateformes de financement participatifs car les usagers sont d’autant plus nombreux : les porteurs du projet, les participants donateurs, les investisseurs… Les documents collectés en rapport à l’identité et la nature des opérations doivent être conservés 5 ans.

En cas de non-respect de ces dispositifs de vigilance ou d’insuffisance de surveillance, une interdiction d’exercer peut être prononcée, de même qu’un retrait d’agrément ou une amende pouvant aller jusqu’à 100 millions d’euros.

Les professionnels du secteur de l’immobilier sont également soumis à une obligation de surveillance. Il s’agit des structures qui ont pour activité l’achat, la location ou la sous-location, ainsi que la vente de biens immobiliers pour les particuliers, et la recherche, l’échange, mais aussi l’achat, vente ou location de fonds de commerce.

Sont également concernées par ce dispositif de surveillance toutes les structures qui ont pour activité la souscription, l’achat ou la vente d’actions ou de parts de sociétés immobilières.

Enfin, les sociétés qui travaillent la souscription, l’achat ou la vente d’actions de sociétés d’habitat sont aussi soumises à des obligations de surveillance accrue.

Partager cet article

Sur le même sujet

Nos articles / Nos vidéos et webinaires
  •  21/05/2024

La place des VEFA dans la stratégie d’investissement de notre SCPI de santé

Notre SCPI Pierval Santé s’apprête à fêter ses 10 ans, il nous semble opportun de faire un point détaillé
Communiqué de presse
  •  30/04/2024

Nicolas Le Brouster rejoint notre société de gestion en qualité de Directeur Financier

Euryale a nommé Nicolas Le Brouster au poste de Directeur Financier, en charge de la gestion financière globale de
Nos articles
  •  23/04/2024

La SCPI Pierval Santé à l’honneur dans le livre blanc 2024 d’APREDIA

Chaque année APREDIA mène une étude approfondie sur le métier de Conseiller en Gestion de Patrimoine.
Nos articles / Nos vidéos et webinaires
  •  21/05/2024

La place des VEFA dans la stratégie d’investissement de notre SCPI de santé

Notre SCPI Pierval Santé s’apprête à fêter ses 10 ans, il nous semble opportun de faire un point détaillé
Communiqué de presse
  •  30/04/2024

Nicolas Le Brouster rejoint notre société de gestion en qualité de Directeur Financier

Euryale a nommé Nicolas Le Brouster au poste de Directeur Financier, en charge de la gestion financière globale de
Nos articles
  •  23/04/2024

La SCPI Pierval Santé à l’honneur dans le livre blanc 2024 d’APREDIA

Chaque année APREDIA mène une étude approfondie sur le métier de Conseiller en Gestion de Patrimoine.
Nos articles
  •  10/04/2024

Euryale structure ses ambitions ESG

Depuis plus de 10 ans maintenant, nous avons souhaité intégrer la prise en compte des enjeux ESG dans notre
Nos articles
  •  28/03/2024

Euryale remporte le Prix de la Conviction ESG aux Assises de la Pierre Papier

« Euryale a en effet cru, avant les autres, à la nécessité de développer un immobilier de santé durable et
Rechercher

Vous êtes :

Nous découvrir

Nos solutions

Nos actions sociétales

Avertissement : Les solutions dont le sous-jacent est immobilier présentent des risques. Prenez connaissance des risques en cliquant ici.

Les solutions d’investissement dont le sous-jacent est immobilier présentent des risques. Il s’agit d’un investissement de long terme pour lequel la liquidité peut être limitée et dont le capital et les revenus ne sont pas garantis.

 

Montant investi : le montant qu’il est raisonnable d’investir dépend de votre patrimoine personnel, de votre horizon d’investissement et de votre souhait de prendre des risques spécifiques liés à un investissement immobilier.

Durée des placements : il s’agit d’un placement à long terme, la durée minimale de conservation des parts est précisée dans la documentation réglementaire des fonds.

Risque de perte en capital : ces investissements comportent un risque de perte en capital, comme tout investissement.

Risque de durabilité : les principaux risques en matière de durabilité auxquels sont exposés les investissements immobiliers sont liés aux changements climatiques : risques physiques liés à un événement climatique extrême, risques de transition liés au changement climatique impliquant de nouvelles normes de construction, risques liés à la réglementation environnementale qui conduirait le fonds à engager une dépense directe ou indirecte. Les dépenses induites par la survenance d’un risque en matière de durabilité pourraient, le cas échéant, diminuer les revenus générés par l’investissement et, par conséquent, le rendement.

Risque de change : ces investissements peuvent comporter un risque de change lié aux devises étrangères de pays situés en Europe hors zone euro ainsi qu’en dollar canadien. Ce risque pourrait avoir un impact négatif sur la valorisation des actifs immobiliers ainsi que sur les loyers perçus.

Absence de garantie : ces investissements ne font pas l’objet d’une garantie et présentent un risque de liquidité. Ni la revente des parts, ni le retrait des parts ne sont garantis.

Nos convictions ESG